nicole VALENTIN

> Sculpteur - abstrait

19 avenue de clichy
75017 PARIS (France)
0145224045 - 0663035370
email : cliquez ici
site : www.nicolevalentin.fr
Petites Annonces
Béton 4
Tension 4
Distorsion 1
Sphère 12
Fragment 2
ombre 8
Strate 1
Fleur 4
les organiques
fragment 1

Présentation

Ce qui m’intéresse, ce n’est pas ce que je vois, mais ce que je perçois qui me fait voir autrement. Ce mouvement qui va de l’un à l’autre, cet imperceptible qui éclot et se fait évidence. Ce, je ne sais quoi, qui passe en moi, qui vibre à l’intérieur comme à l’extérieur et qui d’un geste jeté s’impose… Là, où la matière se fige, à cet instant précis. Je cherche les rythmes de ces instants où toutes les émotions fusionnent, passent par le corps, le verbe, la matière, ne faisant qu’Un. Ce quelque chose, qui est en nous et qui nous échappe, cet indicible qui nous fait trembler, qui rend nos mains muettes, qui nous transporte dans un état fébrile et puis cette force soudaine qui nous fait faire.

C’est mon langage, mes paysages, c’est moi, c’est vous, c’est personne. Dans les vides, les espaces, les entre deux, filtre la lumière, elle révèle la forme, glisse sur le lisse, s’accroche sur le rugueux, pour se perdre à nouveau dans le noir. Je ne sais pas ce que je cherche, on pense saisir « La Chose », j’y suis, regardez… Non, non ce n’est pas çà, alors on recommence, on repart dans une autre direction, on revient, on ne sait plus, on doute, c’est trop fort, c’est peut-être l’approche du sentiment de « l’existence vrai ».

C’est, comme des cycles, des rencontres, des croisements, des nœuds, qui tournent, s’entrechoquent, s’éclatent, un chantier permanent, sans début ni fin. Ici, des mots ; là, de la couleur ; là-bas, quelque chose qui prend forme ; une trace, un son qui monte, une ombre qui se dessine, un souffle qui passe, un bruissement, un murmure, plus rien, le calme, le silence, je suis «vidée ». N.V.