Stéphane DOULCIER

> Artiste peintre 

14 rue des Moulinots
25500 morteau (France)
03.81.67.34.42
email : cliquez ici
site : peinture.art.free.fr
Petites Annonces
série poésie 1   les toiles qui suivent dimensions 100x100 cm
série poésie 2
série poésie 3
 série poésie 4
série poésie 5
série poésie 6
série poésie 7
série poésie 10
série poésie 8
série poésie 9

Présentation

Stéphane Doulcier
né le 27 septembre 1970 à Cincinnati OHIO USA
Etudes artistiques à Besançon et Toulon.
Domicilié à Morteau dans le Doubs.
Son travail se déploie sur de multiples supports: peintures, installations et autres lieux géographiques (géopoétique).



Ma démarche créative

L’on crée une forme et cette forme nous forme…
Devenir l’enfant de ce que l’on a enfanté… C’est ainsi que je pense que le dessin a conduit mon regard et ma pensée.
Mon regard commence avec le dessin :
Gratter du papier et suivant la manière que l’on a de le faire, le degré de résistance que l’on se donne, devant ce qui advient sous nos yeux, va t’on se laisser égarer,
veut on être surpris, que fais-je là devant ?
Est-ce pour tout maîtriser comme un architecte ou assister à une histoire à laquelle on va participer sans trop savoir où elle mène ?

Arriver à jeter la gomme, prendre des stylos indélébiles et avancer dans cette aventure qui vous tend les bras, en prenant les choses au vol, à l’instant où elles se présentent avec le maximun de force et d’inspiration.

Créer une forme qui elle-même chemine en nous et nous forme,
Une vision, notre pensée ?

Mes toiles suivent le même chemin.

Un chemin qui va du nez aux pieds.
Le nez-nu-phare-va-nu-pieds ne se veut mener que par son phare in-nez et avance tous orteils déployés, genou dressé et pris dans une marche volontaire.

Le peintre se tient sur l’espace fécond , sur une membrane , la peau d’un tambour vibrant , un hymen de vérité ,tel l’araignée sur sa toile , au milieu de tous ses fils , à l’écoute de ce qui se passe et prête à se jeter sur sa proie .

Ce genou phallique est le geste du peintre.
Il se tient très loin des marécages du doute qui enlise, il se dresse vers le ciel avec toutes ses certitudes.

Divinités hiératiques et silencieuses, ses créatures se tiennent au milieu d’un espace en germination, où tout est fluide, liquide et trouve sa place sans heurt.


Stéphane Doulcier